lundi 5 juillet 2010

Moi aussi j'ai des amis d'abord !

Deux soirées entre potes dans la même semaine !!!
Mais est-ce que je commencerai à avoir une vie sociale normale moi ???

A force de dire "moi, j'ai une recette de crêpes de folie, que je tiens de ma mère, de ma grand-mère..." et "moi je la tiens de mon arrière-grand-mère", les mecs ont lancé une soirée "fight-crêpes". Nous avons goûté les crêpes de mon Homme, celles de Titi et celles du Breton.


En toute objectivité, celles de mon Homme étaient délicieusement légères.
Celles de Titi étaient un peu caoutchouteuses... mais bien parfumées grâce à quelques gouttes de rhum. Quant à celles du Breton... 600 calories la bouchée. Une plaque de beurre pour 12 crêpes, forcément, ça te laisse les doigts luisants.


Et puis samedi soir, grande fête chez mon Petit Sirop Préféré. 40 ans de M. Sirop, 10 ans de mariage, et des bourguignons partout.
Bon l'Homme a résisté pendant la partie de pétanque. Il a tenu pendant l'apéritif et puis pfffffftttt ! Disparu !
Les mondanités, ce n'est pas son truc.

Des invités dans tous les coins du jardin

Un chat qui ne demande qu'à se barrer ! "Y'a trop de monde chez moi !"

Une très jolie table...

Une paella délicieuse

Et des jolies fleurs qui sentent bon...

...

Merci mon Petit Sirop pour cette super soirée.

2 commentaires:

Camille a dit…

Lou: le problème avec les crêpes, c'est que plus elles sont fines, plus on en mange... Mais finalement, c'est pas la crêpe qui pèse sur la balance, c'est surtout tout le sucre, la confiture et autre Nutella que l'on met dedans....
ET C'EST TROP BON!

la fille qui a vu le frigo de près a dit…

C'est grâce âux invités qu'une soîrée est reûssie ... alors sî tout le mônde y mêt du sîen , forcément la mayô prend !!! Si en plus voûs avêz la chânce d'avoir un repôrter de chôc qui assûre et immôrtalise ce grând môment alors c'est cârrément irréel ...( j'ai les côôrdonnées du repoter photô, on peut la lôuer pas trop chêre, mais îl semble qu'il fâut prévôir quelques bouteilles de champâgne pour l'hydrâter régulièrement à ce qu'îl paraît...)