mercredi 16 juillet 2008

Camping et plage

Voilà, ça, c'est fait !!
Nous revenons de 2 jours à la plage. Et si vous comptez bien, ça fait une nuit... sous la tente. Et comme on ne voulait pas se faire déloger cette fois-ci, nous avons pris l'option camping.
Nous sommes allés au Grand Crohot Océan à Lège Cap Ferret. Et là, il y a soit le parking réservé aux gendarmes, soit celui de l'UCPA ( Union nationale des Centres sportifs de Plein Air), soit le camping Brémontier.

Quand je suis entrée à l'accueil du camping, il y avait une vieille dame derrière le comptoir. elle lisait le journal. C'est à peine si elle a levait la tête à mon arrivée. Un homme, le patron, je vais l'appeler M. Brémontier, est sorti de nulle part. Je lui ai demandé si on pouvait passer une nuit dans son superbe camping. Il a marmonné un truc que je n'ai pas compris. Il a regardé son cahier plein d'écritures dans tous les sens, et plein de ratures aussi. L'ère de l'informatique n'est pas encore arrivée chez les Brémontier.
Finalement, il nous a trouvé une petite place.

Quand on va sur le site du camping Brémontier, ça donne presque envie. Il y a même deux étoiles (???).
Voilà ce que dit le site :

"Situé au cœur de la forêt de pins protégée, et à deux pas des magnifiques plages de sable blanc de l'atlantique, le camping Brémontier vous accueille pour des vacances simples et nature."

Alors, "à deux pas", si on s'appelle le Géant Vert ou qu'on a trouvé les bottes de 7 lieux du petit Poucet. Sinon, il faut considérer que c'est à plus de 2 pas.


"Le lieu idéal pour des vacances authentiques en famille ! Chez nous, pas de mobil-home ni de chalets qui défigurent le paysage, uniquement des emplacements traditionnels et naturellement ombragés par de magnifiques pins de landes."

Là par contre, c'est vrai. Pas de mobil-home, pas de chalet. Juste des tentes, des camions comme celui là...


Et voilà notre campement à nous.


Un seul et unique bloc sanitaire, qui doit être d'origine, c'est à dire des années... disons 30 !
Tout est vieux.

Vous devez penser que je suis un peu chochotte, mais je ne supporte pas les sanitaires des campings. Je trouve que c'est sale, c'est peu accueillant.
Je n'ose pas poser ma trousse de toilette sur le bord du lavabo. J'ose à peine toucher les robinets. Quand aux douches, c'est tout juste si j'ose poser les pieds au sol. Ça m'arrive même de me doucher en tongs. Oui je sais, c'est débile.
Et quand je sors de ma douche, je ne me sens même pas propre. C'est dire !

Je ne parle même pas des toilettes ! Vive les buissons !

Le pire, c'est le matin. Tout le monde y passe avant qu'une hypothétique femme de ménage ne se pointe.

"Le calme et la nature sont privilégiés : pas de soirées ni d'animation "club med", uniquement vous, la nature, la plage et les balades en forêt ou sur le bassin d'Arcachon."

C'est ça. Aucune animation.
A 23h00, quand on en a eu ras le bol de faire des mots fléchés ou de bouquiner à la lueur d'une lampe de poche, nous sommes allés nous couchés, bercés par les rires des allemands d'à côté et des hurlements des jeunes de l'UCPA un peu plus loin.
Mais bon, les allemands, pour le petit déjeuner, ont accepter de nous prêter une prise pour que nous puissions brancher notre micro-onde.
Et oui, je ne conçois pas un petit déjeuner sans un bol de chocolat Poulain, celui dans les boîtes oranges (et aucun autre !!! Je suis intransigeante).
Et comme M. Brémontier voulait bien qu'on fasse chauffer nos 4 bols mais pour 3,30 euros. On s'est branché chez nos gentils voisins.

Sortie de ce camping, on a aussi pu profiter de paysages comme ceux-là.




Le Minimoy bringueballé dans les vagues...


Le couple d'enfer. Elle a passé l'après-midi à faire des abdos sur le sable.


Ça c'est moi. Bronzette et mots fléchés. Pas d'abdos. Ça va pas non !



On ne peut pas dire que nous nous soyons nourris de façon très équilibrée pendant ces 2 jours : sandwiches américains (ça veut dire du steak et des frites dans le pain !).
Des frites qui baignent dans une huile tellement usagée qu'on a l'impression de manger de l'huile en bâton.
Et des gaufres, des crêpes, des glaces...

On a mangé, entre autre, au restaurant La Madrague.


Le premier soir, nous y sommes allés uniquement pour les desserts.
Un serveur qui a lâché un verre et qui l'a rattrapé au vol avant de nous le poser sur la table. Deux verres sur quatre étaient collants et sales. Je n'ai pas su dire s'il s'agissait de coulis de framboises ou du rouge à lèvres !
J'ai eu mon chocolat liégeois. Il ne ressemblait à rien. C'est pourquoi je n'ai pas fait de photo. La chantilly n'étais pas ferme. Du coup, elle dégoulinait le long de la coupe. Le chocolat versé sur le dessus, outre le fait qu'il n'était pas chaud (faute !!), était du chocolat industriel, vendu dans des bouteilles en plastique.
Oui, je me la pète peut-être un peu en disant ça, mais je dois le dire, je suis la reine du chocolat chaud sur les glaces ou sur les profiteroles. J'en ai goûté tant !

J'ai dégusté mon chocolat liégeois. J'ai pris mon temps. On attendait les crêpes. J'ai pris tout mon temps. Et pourtant, j'ai terminé ma coupe de glace avant que les crêpes n'arrivent. Elles n'étaient pas très cuites, mais bonnes quand même.


Et comme nous n'aimons pas rester sur un échec, nous sommes revenus le lendemain.
Et là, le chocolat liégeois n'avait rien à voir.






Et cette gaufre, n'a t-elle pas l'air délicieuse ??


Nous sommes rentrés en fin d'après-midi.
Et vous savez ce que j'ai fait dès que j'ai eu terminé de vider les sacs ??
Je me suis douchée, dans ma douche. Et je me suis sentie tellement propre après.

Du coup, après nos douches, nous avons cherché sur Internet, sans penser au camping-car, un petit camion que nous pourrions aménager, avec des banquettes pour dormir, une kitchenettes, une douche (yes !!!). Et pour les toilettes, on ira dans les buissons !!

Ca donne ça.


Et puis tant qu'on y était, on s'est dit, pourquoi pas voyager par la mer dans des petits véhicules comme ceux-là :


Bon et puis pour finir, j'ai fait une grille de loto. Ça peut servir. Je vous tiens au courant.


Bon sinon, il reste encore une possibilité, beaucoup moins couteuse : aller en camping et ne pas se laver ailleurs que dans l'eau salée de l'océan.

3 commentaires:

sandrine a dit…

je suis tout à fait d'accord avec toi : le camping j'aime pas à cause de tout ça ! même destination que toi la semaine dernière, les Landes près de Capbreton mais j'ai choisi un village vacances parce que les enfants rêvaient du camping mais moi.... du confort !!!!
et pour le loto c'est pareil aussi, dès que ça tombe dans mon porte monnaie (on peut rêver, non ?) : je te dis pas les vacances de rêve qu'on va se faire !!!!!
bises

Bounty a dit…

C'est quoi cette tuerie de photos de glaces, de Chantilly et autres chocolats ...

Je meurs !

Ton blog est très sympa !

Je rejoins la plage dans quelques jours et ça donne envie !

Un petit coup de frais comme ça ... Moi aussi je compte bien ne pas faire d'abdos comme la jolie black et faire comme toi, des ronds de pieds dans le sable ! Hi hi !

Laurene a dit…

alors ça c'est trop marrant comme coincidence !!! Je cherchais une photo de la Madrague au grand crohot, car g passé un entretien avec le patron ce matin pour la saison. Et hop voilà que je tombe sur ton blog, c'est drôle quand même. Bon ben tu vois je vais peut être faire ma saison la bas et dormir dans le camping où tu as été !!!! à voir