lundi 4 février 2008

Chandeleur, Mardi gras, Carnaval


La chandeleur, c'était samedi.

Etymologiquement parlant, la chandeleur, (autrefois la chandeleuse), vient du mot chandelle.
Mais comme beaucoup de fêtes judéo-chrétiennes, la chandeleur trouve son origine dans un mixage des traditions païennes et des religions juive et chrétienne.

L'une des origines de la Chandeleur remonte aux Parentalia romaines: fête annuelle en l'honneur des morts, et au cours de laquelle ils veillaient, éclairés de cierges et de torches.

La chandeleur c'est aussi une croyance née d'une symbolique d'origine celte. La crêpe symbolise la roue solaire et le don aux divinités sans lequel le blé serait altéré.

Pour les juifs et les Chrétiens, cette fête a pour origine les relevailles de Marie : c'est le jour de la présentation de Jésus au temple, 40 jours après Noël, 40 jours après sa naissance.

Dans les églises, on remplaçait les torches par des chandelles bénies dont la lueur éloignait le Mal. Les chrétiens rapportaient ensuite les cierges chez eux afin de protéger leur foyer. C'est à cette époque de l'année que les semailles d'hiver commençaient. On se servait de la farine excédante pour confectionner des crêpes, symbole de la prospérité pour l'année à venir.

Durant des siècles, la Chandeleur était symbolisée par les chandelles et les crêpes. Aujourd'hui il reste surtout les crêpes!


Il existe encore de nos jours toute une symbolique liée à la confection des crêpes. Par exemple, il faut faire sauter les crêpes de la main droite en tenant une pièce dans la main gauche pour connaître la prospérité pendant toute l'année.
On dit aussi que la première crêpe confectionnée doit être envoyée sur une armoire et qu'ainsi les prochaines récoltes seront abondantes.

Et dans le Bordelais, on dit que "si la chandelle est belle et claire, nous avons l'hiver derrière, si le ciel n'est ni clair ni beau, nous aurons plus de vin que d'eau."



Et Mardi Gras, c'est demain...
C'est une fête d'origine catholique qui marque la fin de la semaine des sept jours gras, autrefois appelés jours charnels.
On festoie le mardi gras, veille du mercredi des cendres.
Il y a 40 jour de carême entre le mercredi des cendres et le jour de Pâques. Pendant cette période, les Chrétiens sont invités à se purifier de leurs fautes et à faire pénitence par des privations.

Mardi gras, populairement, est aussi le jour où l'on mange les fameux "beignets de carnaval".


C'était le dernier jour ou les Chrétiens pouvaient manger du "gras".
En résumé, le mardi gras, on se goinffre de beignets avant les 40 jours pendant lesquels on mange "maigre", en s'abstenant notamment de viande, d'où l'étymologie du mot "carnaval" qui dérive du latin médiéval "carnelevare" (signifiant "enlever, retirer la chair", c'est à dire "retirer la viande" de la table pendant toute la période du carême).
Pendant 40 jours, on se consacre au jeûn et à la prière.

Par opposition au carême, le carnaval est une période de joie et de liberté où les règles de vie normales sont suspendues et où chacun fait un peu comme il lui plaît : on se déguise, on mange tout ce qu'on veut, on sort chanter dans les rues.


2 commentaires:

La miss a dit…

Je vais me coucher moins bete ce soir ;-)

La miss a dit…

Je vais me coucher moins bete ce soir ;-)