jeudi 5 mars 2009

Le petit pot de beurre...

Je vais vous raconter une petite histoire.
C'était pendant notre séjour à la montagne.
Ma Brindille aimait aller se balader jusqu'au village. Du coup, dès que j'avais besoin de quoi que ce soit, un magazine, de la salade par exemple, elle se proposait.

Je leur ai fait des gaufres pour le goûter (vous comprenez mieux la nécessité du régime maintenant ;-)
Avec du sucre ou du nutella...
Elles étaient tellement bonnes, qu'il a fallu que j'en refasse pour le repas du soir. Mais un problème : plus assez de beurre. Ben oui, parce qu'il y a du beurre dans les gaufres ;-)

La brindille part donc, quelques pièces de monnaie dans la poche, pendant la sieste du petit cousin.

Il faut savoir que ma Brindille est une petite fille très ouverte, très gaie, très attachante. Et je ne dis pas ça parce que c'est ma fille. Je ne fais que vous répéter ce que j'entends très souvent la concernant. Elle est comme moi quoi ;-)

Donc 15h00, elle descend au village.
Elle arrive à la supérette, mais ici, ils vivent à l'heure espagnole. Et donc, à 15h00, c'est fermé.
Elle prend le chemin du retour.
En route, elle passe devant un monsieur, la soixantaine qui taille sa haie. Elle lui dit bonjour parce que j'ai oublié de le dire, mais elle est aussi très bien élevée. Il lui demande si ça va. Elle répond que oui. Elle lui raconte qu'elle voulait acheter du beurre pour que sa maman puisse lui faire des gaufres, mais la supérette est fermée...
Il lui dit de rentrer avec lui dans la maison pour voir Bernadette.
Elle refuse gentiment mais il insiste.
Elle rentre.
Et là, je suis sûre que vous vous dîtes que c'est un pervers qui a réussi à l'amadouer...

Et bien PAS DU TOUT.
Pourtant quand elle m'a raconté son histoire, j'ai tout de suite pensé à ça. Je me suis dit qu'elle était folle. Je lui parle pourtant très souvent des pédophiles, de leur façon d'attirer les enfants innocents... mais elle est entrée.

Et que s'est-il passé ?
Et bien la gentille Bernadette a sorti 1 kilo de beurre de son congélateur et le lui a donné !

Ben si.

Moi je n'y croyais pas. Je me disais que ce n'était pas possible qu'il y ait des gens aussi gentils. Il est où le loup ??

Ma Brindille est arrivée à la maison toute fière. Elle a posé le kilo de beurre tout dur sur la table et elle m'a dit : "tiens maman, voilà du beurre." Et elle a reposé à côté toutes les pièces que je lui avais données.

Je suis allée remercier avec elle ce couple que je ne connaissais ni d'Eve ni des dents. Ils ne nous connaissaient pas non plus d'ailleurs. Simplement, ils m'ont dit qu'à chaque fois que ma brindille passait devant chez eux, elle leur souriait et les saluait. Ils m'ont dit qu'elle était très polie (vous voyez, ce n'est pas moi qui le dis là !) et que du coup, ça leur a fait plaisir de lui donner ce beurre.

La morale, c'est qu'on vit dans un monde tel que tout n'est que suspicion et doute, que nous avons oublié que des gens peuvent tout simplement être gentil. Bernadette m'a ouvert sa porte, elle m'a accueillie chez elle comme si nous nous connaissions. J'aurais plaisir à aller les saluer la prochaine fois que nous irons.

C'est beau non ?

8 commentaires:

Philémon a dit…

Ca me rappelle mon aîné. Lorsque nous avons emménagé dans ce petit village à côté de Montpellier, au dessus de l'épicerie, il a passé un mois à la grille du jardin à dire bonjour à toutes les mémés qui passaient... Il est rapidement devenu la coqueluche de ces mémés, avec qui il passait des heures à causer ;-)

bleck a dit…

Biens sûr que c'est beau ! C'est également trés bien pour les deux parties, brindille et ce couple un joli échange de bons procédés.

Naturellement qu'il faut être attentif et faire attention à ses enfants mais il faut surtout faire confiance, être à l'écoute de l'autre, ouvert, curieux et positif il y a de graves malades, certes mais des millions de braves gens...

Bleck

C'est pas facile ! a dit…

@ Philémon : c'est souvent grâce à nos enfants que nous créons des liens avec les gens.

@ Bleck : et ces millions de braves gens, on a tendance à les oublier du coup.

Francois a dit…

Cela pourrait se passer en Irlande. La gentillesse se partage au coin de chaque rue.

fanette a dit…

Oh, quelle histoire !!! C'est génial ! Mais en même temps, j'ai eu peur en te lisant, je réalise qu'on vit dans un monde de dingue, la méfiance est en nous... C'est terrible. Enfin, rencontrer des gens comme ça, c'est formidable...

C'est pas facile ! a dit…

@ Francois : Je ne savais pas que les Irlandais étaient comme ça.

@ Fanette : Ça me rassure de voir que d'autres auraient réagi comme moi en s'inquiétant. je ne suis pas la seule parano alors !

bouh a dit…

Trop belle cette histoire, ca fait plaisir de voir que y'a encore de vrais personnes gentilles ;)

Anonyme a dit…

J'sais pas... disons que je suis certainement du genre a qui vous n'addresseriez pas la parole (tete raser, bien musclee et tatoo) mais pourtant, les p'tites veilles du voisinage m'aime bien, je parle aux enfants. Les parents les savent en securitees avec moi.
M'enfin, je touve que vous etes conditionner a voir le mal autour de vous. J'enseigne a mes enfants (Hey oui)que les gens sont fondamentalement bons. Je trouve que cette attitude de mefiance, vous rapproche drolement des Americains. je suis Canadien et je deplore cette attitude ''Americaine''.
Et voila, c'est tout.