mercredi 20 octobre 2010

Chien de faïence

Lundi, j'ai eu le plaisir de passer du temps avec ma copine Camille.

J'ai eu le plaisir de partager un déjeuner qu'elle nous avait préparé.
J'ai eu le plaisir de faire la connaissance de son petit neveu, né il y a quelques jours.


J'ai eu le plaisir de faire quelques boutiques et de me faire à l'idée une bonne fois pour toute que je ne peux plus m'habiller dans les mêmes enseignes que ma Brindille. Ce n'est vraiment plus de mon âge.
Et enfin j'ai eu le plaisir de reprendre le tram que je n'avais pas pris depuis longtemps.. aux heures de pointe.
Et là, c'est le drame !!

J'arrive à l'arrêt, je laisse partir le tram qui était en station.
Il est bondé. Même en forçant, je n'aurais pas pu monter. Le prochain étant prévu pour dans 14 minutes, je m'assoie.
Arrive alors un hurluberlu, qui n'avait vraisemblablement pas bu que de l'eau, et le voilà qui interpelle toutes les personnes présentes pour leur parler de choses diverses et variées qui n'intéressent que lui : il propose à une jeune chinoise assise à côté de moi de lui laisser sa place en France et d'aller vivre à sa place à elle en Chine, parce que les Chinois, ils sont trop forts et parce qu'en France, c'est trop la merde. D'ailleurs, il est Algérien, et il ne sait pas ce qu'il fout là. S'il pouvait, il repartirait. S'il pouvait, il construirait une arche comme Noé... parce que vous connaissez l'histoire de Noé et de son arche ? A l'époque, tout le monde le prenait pour un malade mental, mais en fait, il était super fort Noé ? D'ailleurs, peut-être qu'il était Chinois lui aussi ! Et donc, il repartirait bien en Algérie, si Dieu le voulait, parce qu'en France, c'est n'importe quoi et bientôt, on va guillotiner le roi, Nicolas Sarkozy. Et puis après, et bien ça n'ira même pas mieux, parce que quand les Français ont guillotiné le roi, en 1789 (celle là, il fallait qu'il la place !), et bien après, ça n'a pas été mieux du tout.
Et il interpellait les gens qui feignaient d'être plongés dans leur lecture ou d'être absorbés par la musique, les écouteurs sur les oreilles. C'est pratique les écouteurs. On peut faire croire qu'on est coupé du monde, même si ce n'est pas vrai.




Le tram qui est arrivé 14 minutes plus tard était encore une fois complètement bondé. Impossible de mettre un pied à l'intérieur. Je me rassoie. Et j'attends donc le prochain qui est prévu pour dans 4 minutes.
Et l'hurluberlu continue d'apostropher les personnes qui attendent, exaspérés par cet homme qui parle fort et qui se donne en spectacle.

Ce qui est drôle, c'est que les gens qui ne s'adressent en général jamais la parole, qui se regardent en chien de faïence* là, échangent des regards amusés, se sourient, et finissent même par se parler. Ils échangent sur le fait que cet homme est pénible, qu'il commence à devenir un peu lourd... et puis la conversation dévie sur "vous venez d'où ? Ça fait longtemps que vous êtes sur Bordeaux..." Les gens deviennent moins individualistes.

Je suis montée dans le tram, au forcing, parce qu'il était aussi bondé que les 2 précédents. Je me suis retrouvée coincée entre un poteau, une dame et ses courses et des étudiants en pleine planification de la manifestation prévue le lendemain. Ils étaient en grande forme, bien motivés et bien remontés. Et moi quasi asphyxiée, fermant les yeux toutes les fois qu'on me toussait dans le cou. Je ne me suis pas retournée de peur de ce que j'allais découvrir derrière moi.
Je haie cette proximité imposée avec des gens que je ne connais pas, qui ne sentent pas toujours très bon et qui me postillonnent dans les cheveux... parce que je vous garantie que dans ces moments là, vous êtes rarement collés contre Guillaume Canet ou Jude Law !

* Et juste pour ceux que ça intéresse, vous connaissez l'origine de l'expression "se regarder en chien de faïence" ?
Cette expression signifie "Se regarder avec hostilité, se dévisager avec méfiance."
La faïence est une ancienne technique pour recouvrir les poteries. À une époque où les gens se chauffaient encore au bois, il était d'usage d'orner la cheminée de babioles décoratives diverses.
Parmi ces décorations, on trouvait régulièrement des paires de chiens en faïence qui, posés l'un en face de l'autre, semblaient se regarder fixement avec animosité.

Voilà, vous vous coucherez moins bêtes ce soir ;-)

3 commentaires:

Camille a dit…

Eh ben moi j'ai eu le plaisir de passer un super après midi avec mon amie Lou!!! ;-)

la fille qui a vu le frigo de près a dit…

Alors c'est quoi cette nouvelle vie???, on sort chez des amies, on passe du bon temps le lundi ! oh faudrait pas exagérer ... pourquoi ne pas prendre des cours de guitare ou des cours de cuisine avec tes copines tant qu"on y est ??? Bon enfin, moi ce que j'en dit, c'est que j'ai les pétoches car j'ai envie d'inviter des amies et je ne sais pas quoi leur faire à manger, la barre est tellement haute ... il va falloir que l'amitié pèse plusieurs bons kilos dans la balance pour faire le poids!

Heyoka a dit…

Voilà une tranche de vie qui a du chien !