mercredi 30 janvier 2008

Gynécologie

Bon, après tout, si Kmille est prête à parler de "zob" dans son blog, je peux bien parler de mes problèmes intimes. D'autant que sur le nombre de mes lecteurs... il ne doit pas y avoir beaucoup d'hommes.

Donc voilà ma dernière aventure...
Après m'être interrogé sur les différents modes de contraception qui existent : la pilule, le préservatif, le stérilet, l'anneau vaginal, l'implant, le patch... Bref, je ne vais pas vous faire un cours sur la contraception, si vous voulez tout savoir, allez là.


J'ai opté pour le stérilet. Et un mois après la pose, j'ai eu droit à une visite de routine pour vérifier que tout allait bien.
Et là, ma gynéco ne l'a pas vu quand elle m'a examinée (moment que j'adore) et elle ne l'a pas senti non plus quand elle m'a écrasé le bas-ventre.
Donc, en dehors du fait que j'avais un truc qui se baladait à l'intérieur on ne savait pas trop où, j'étais peut-être également enceinte.

Mais où est donc ce satané stérilet ?

RDV chez le radiologue pour une échographie.

La vessie pleine (très agréable), je m'allonge sur la table et j'attends. Un monsieur grisonnant entre. Il me badigeonne le bas ventre de son gel glacé et appuie son appareil tout en regardant l'écran.
Je n'étais pas très à l'aise à moitié nue devant cet inconnu.
Mais le pire était à venir...

Deuxième étape : Je vide ma vessie (aux toilettes bien sûr, pas sur la table !). Et je m'allonge à nouveau. Et là... vous savez comment il a fait pour voir au plus profond de mon intimité avec sa caméra ? Je vous laisse deviner. C'est ce qu'on appelle l'examen endo-cavitaire.
Et il me disait "détendez-vous madame." Je n'avais qu'une envie, l'envoyer paître en lui hurlant "Je voudrais vous y voir moi avec une caméra entre les jambes !".

Et pendant qu'il étudiait mon utérus en long, en large et en travers, il regardait son écran fronçant les sourcils, il prenait des mesures, il fronçait à nouveau les sourcils.
Et là, gros stress : et si j'avais un cancer du col de l'utérus. On en parle tellement en ce moment.

Il retire sa caméra, lui enlève son préservatif, éteint son écran et dit :
" Bon... le stérilet est bien à sa place. (Ça c'est la bonne nouvelle).
Par contre, vous avez un polype pédiculé de l'endocol".

...

"C'est grave Docteur ?"

Je suis allée demander à Google, et plus précisément à Wikipédia : un polype, c'est une tumeur bénigne qui se développe sur les muqueuses, une excroissance de chair quoi.
Un truc pas glamour.
Un truc avec lequel on peut vivre sans s'en rendre compte, sans que ça soit gênant.
Mais un truc qu'il ne faut pas garder parce que ça peut devenir embêtant.
Un truc dont je me serais bien passé.

Au niveau du colon, les polypes ont un risque plus ou moins important de transformation maligne (en cancer). Lors d'une coloscopie, on les enlève et on les analyse pour y trouver des cellules cancéreuses.
Jusqu'à quel point les polypes utérins ne peuvent-ils pas être cancéreux ? Est-ce qu'on en est sûr ?
Ils peuvent être responsables de stérilité parfois. Ce n'est quand même pas anodin.
Ça me perturbe quand même assez.

J'attends la prochaine étape : un RDV avec un chirurgien. J'ai réussi à avoir un RDV avec une femme. C'est quand même moins gênant pour moi de parler de mon intimité avec une personne de sexe féminin, même si c'est une totale inconnue.

C'est pas facile d'être une femme parfois !

5 commentaires:

Laurène a dit…

ouah qu'est ce que c'est que ca ?
tu m'inquietes ... dis moi que ce n'est pas grave

l'australienne a dit…

ouah qu'est ce que c'est que ca ?
tu m'inquietes ... dis moi que ce n'est pas grave

kmille a dit…

Ce n'est jamais agréable ce genre de visites et de concludions mais ne t'inquiete pas tu as l'air de dire que ce n'est pas grave quand c'est repéré ? Tu as peut être un ami médecin à qui tu peux en parler ?Allez, courage !

toujoursraison a dit…

On dirait un nom de méduse...

La miss a dit…

Quand est ce le rendez vous avec le chirurgien ??
Par contre tu devrais peut être changer de gyneco.