mercredi 7 novembre 2007

Ridiculous !

Je suis un peu fatiguée en ce moment. Et quand je suis fatiguée, je ne maîtrise pas tout.
J'ai du mal à parler ou alors les mots ne sortent pas aussi vite que je le voudrais, ou alors j'en oublie pour faire plus court. Ou alors j'en invente.
C'est comme ça que quand j'ai rencontré le collègue de L'Homme pour la première fois, je lui ai sorti que Mika venait de Libanie. Ben oui quoi ! Il est libanais. Il vient de Libanie. Normal !
Et la première fois que les M&M's sont venus manger à la maison, comme ils ne finissaient pas leurs verres, je leur ai dit "vous ne boyais plus ?".
Des mots qu'on ne manque pas de me ressortir de temps en temps !

Bref.

En ce moment je suis fatiguée.

Ce soir, je suis allée acheter 2 bricoles parce que hier, j'ai fait mes courses de la semaine, mais j'avais oublié ma liste. Alors forcément, j'ai oublié des trucs. J'y suis donc retourné ce soir. Et en sortant du Centre Commercial, j'ai cherché ma voiture pendant 10 minutes. J'avais beau appuyer sur le bip de ma clé pour qu'elle me fasse un clin d'oeil, rien. J'errais entre les voitures, l'air détaché. Il manquerait plus que ça se voit que j'ai perdu ma voiture !
Il y a deux entrées. Et j'étais persuadée que j'étais entrée par celle de droite. Je tournais donc uniquement de ce côté. Et je n'allais pas plus loin, parce que j'étais sûre qu'elle était par là. Finalement, je me suis dirigée vers l'entrée de gauche, sans conviction. Et une fois devant ma voiture, il était évident que j'étais entrée par la gauche. J'ai même ralenti devant la vitrine de Camaïeu, et je me rappelle être allée directement au rayon du frais pour prendre les yaourts de mon Minimoy que j'ai oubliés hier.

Mais le pire, c'était hier soir.
Chaque soir, je pars du boulot en vélo. Après quelques kilomètres, je retrouve ma voiture. J'éteins mes lumières. Je plie mon petit vélo. Je le case dans mon petit coffre. J'enlève mon béret de Gavroche et je défais le bas de mon pantalon que je resserre à l'aide d'un élastique pour éviter qu'il ne se prenne dans le dérailleur.
Et hier soir, je fais tout ça avant d'aller faire mes courses... sauf que j'ai oublié d'enlever mon élastique. J'ai donc fait toutes mes courses dans ce grand centre commercial blindé, (comme tous les mardi, parce que le mardi c'est moins 10% !) avec un élastique en bas de la jambe droite. Et comme mon pantalon était relativement large, ça faisait style très bouffant. Très classe ! Je sais que Julien Doré a osé porter des barrettes et peut-être que ça aura lancé une nouvelle mode. Mais je ne crois pas que mon pantalon bouffant d'un seul côté devienne très tendance. Je n'ai pas remarqué qu'on me regardait bizarrement. En fait, ça me saoule tellement de faire les courses, surtout après une journée de boulot, des kilomètres en vélo et une bonne migraine, que je fonce dans les rayons. Je jette tout ce que j'achète dans mon caddie et je cours derrière. Je ne suis pas là en promenade. Mais juste parce que de temps en temps, il faut bien le faire. C'est une véritable corvée. Du coup, si on m'observait en coin, moi et mon pantalon bouffant, je n'ai rien vu.
Ce n'est qu'en rentrant à la maison, en voulant enlever mes bottes, que je me suis aperçue que j'avais encore mon élastique autour de la cheville.

Il y a des jours comme ça où c'est pas facile !


1 commentaire:

La miss a dit…

Je sais que c'est pas drole, mais j'ai bien rigolé quand même pour l'elastique.