mercredi 4 juillet 2007

Soirée larmoyante

Je suis furieuse. C'est pas facile la vie de couple !
Mon mari doit faire sa crise de la quarantaine (avec 2 ans d'avance).
Le roller, c'est avec lui que je m'y suis mise. Ca me permettait d'avoir une activité que je pouvais faire avec lui et les enfants. J'ai pris des cours, un peu à contre-coeur au départ, je l'avoue, pour pouvoir faire des balades avec eux. C'est sympa les balades en roller en famille...


Il a toujours été nettement meilleur que moi. Moi j'ai la trouille, dès que je vais trop vite, dès que ça descend, dès qu'il y a un caillou, dès qu'il y a une bosse, dès qu'il y a trop de monde... Lui, il fonce.
Mais depuis quelques temps, il ne fait que ça, du roller. Et quand il s'agit de faire de la vitesse, c'est sans moi.
Ce soir, il a organisé une randonnée nocturne. Il a proposé à untel, untel et unetelle de venir. Et moi ? Vraisemblement, je ne suis pas invitée. C'est vrai, dans le genre boulet, je risquerais de les ralentir. Ca m'a fait mal.

Ca m'a fait mal parce que plus le temps passe, plus il s'éloigne de moi.
Vous vous souvenez, pour ma première randonnée à moi, il n'était pas là.
Ca ne l'intéresse plus de faire des trucs avec moi.
D'ailleurs, je me demande même si je l'intéresse tout court.




Alors que je rêve de vivre une idylle comme celles qu'on vit à 20 ans. Je rêve d'avoir le coeur qui bat à faire mal quand je sais que je vais le voir. Je rêve de voir son visage s'illuminer quand il m'aperçoit. Je rêve de sentir son regard sur moi, de sentir qu'il a envie de moi, de n'avoir qu'une envie c'est d'être près de lui et qu'il n'ait qu'une envie c'est d'être près de moi... Tout ça, je ne l'ai jamais réellement vécu. Tout ça, j'en rêve aujourd'hui. Mais après 17 ans de vie commune... l'usure est là. Je suis malheureuse de n'être QUE la mère de ses enfants. Il ne voit même pas ma souffrance, ou plutôt, ne veut pas la voir. C'est plus facile de ne pas voir.

Je ne sais plus quoi faire pour qu'il me voit, pour qu'il m'admire, pour qu'il soit fier de moi.
Peut-être devrait-on se séparer pendant quelques temps... mais ce n'est pas facile avec les enfants.

Ce soir, devant mon ordinateur, je me sens seule et rejetée. Il s'éclate avec ses potes. Et moi je suis là. Et quand il va rentrer, ce soir, tard, il va se conduire comme si tout allait bien. Et je vais me dire que peut-être ça peut marcher. Mais non. Ca ne peut pas marcher comme ça.

Dans les débuts de notre relation, mon mari était... disons difficile à vivre et complêtement asocial. Du coup, derrière des "mais comment elle fait pour rester avec lui", ils ont appris à faire avec, mais pas trop quand même. Nous étions de moins en moins invités, et quand nous lancions des invitations, les amis ou la famille avaient piscine !
Aujourd'hui, il est toujours totalement intolérant et incapable d'accepter les gens tels qu'ils sont sans mettre sur la table ce qu'il leur reproche. Pourtant, il a évolué. Nos relations s'étoffent... un tout petit peu. Mais ce qu'il a semé pendant toutes ces années, c'est moi qui le récolte aujourd'hui. Et c'est moi qui en souffre.
C'est pour ça que quand mon cousin annonce le baptême de son fils en juillet et qu'il ajoute : "elle est la bienvenue, mais lui... on aimerait autant qu'il ne soit pas là", ça me fait terriblement mal.

C'est injuste.
Ils ne veulent pas lui donner sa chance, ok.
Mais du coup, je suis évincée de la fête aussi.

Je me sens donc une fois de plus rejetée... et vraiment, je crois que je ne le mérite pas...

C'est pas facile !! dit-elle entre 2 larmes...

JACQUES A DIT
Paroles : Zazie
Interprète : Christophe Willem
Album : Double jeu

Je suis un oiseau
Qui est tombé de haut
Je traîne ma peine
Une larme qui coule
J'ai dans la gorge une boule
Comme une pierre qui roule
Perdue l'innocence des jours
Passés dans la cour de l'école
Du bonheur, j'en ai pas
Y en a que pour Pierre et Paul

{Refrain:}
Jacques a dit : "Cours"
Jacques a dit : "Vole"
Mais pas le jour où je décolle
Jacques a dit : "Cours"
Jacques a dit : "Aime"
J'ai beau t'aimer, tu pars quand même
Jacques a dit : "Marche"
Jacques a dit : "Rêve"

Me fait tant marcher que j'en crève
Jacques a dit : "Certes, je lui pardonne"
Jacques est un rêve, pas un homme

Reste
Une mélancolie cachée
Sous mon manteau de pluie
Qui traîne encore
Je ne sens plus le vent dans mes voiles
Dis-moi à quoi me sert mon étoile
Si je perds le Nord ?
Mes îles, je les ai méritées
Mes ailes, je les ai pas volées
J'ai tout fait comme tu m'as dit
Mais le rêve s'évanouit

{au Refrain}

Jacques a dit, certes, des tas de choses
Mais sur la vie, pas toutes roses

Jacques ne dit pas tout
Jacques ne dit mot
Jacques ne sait pas ce qu'on vit
Jacques ne sait pas que c'est tout gris

Jacques a dit : "Cours"
Jacques a dit : "Aime"
J'ai beau t'aimer, tu pars quand même
Jacques ne sait rien de la vie

Jacques a dit : "Marche"
Jacques a dit : "Rêve"
Me fait tant marcher que j'en crève
La vie, c'est tout gris

Jacques a dit : "Bois"
Jacques a dit : "Mange"
Moi j'ai grandi, mais rien ne change
Jacques a dit : "Vague"
Jacques a dit :"S'cours"
Mais ne connaît rien à l'amour
Jacques a dit : "Chante, c'est une vie"
Moi je déchante peu à peu
Jacques a dit : "Certes, je lui pardonne"
Jacques est un rêve, pas un homme

2 commentaires:

bouh a dit…

Oh c'est tellement triste ce que tu racontes... on sent fortement ta douleur.

Vous avez essayer d'en parler ? Vous pourriez sinon avoir une activité qui se fait à deux, comme de la danse de salon par exemple. :)

C'est pas facile ! a dit…

Nous en avons parlé, oui...
Mais il ne peut pas me donner ce dont j'ai besoin.
Ca reviendra peut-être un jour... ou peut-être pas !

Merci pour ton petit message en tout cas...